Skip to Main Content

2020 France Spencer Stuart Board Index

Cette année le Board Index de Spencer Stuart a étendu son domaine d’analyse à l’ensemble du SBF 120 ce qui permet d’avoir une vision plus large de la gouvernance des sociétés françaises, tout en ne perdant pas l’historique de comparaison pour l’ensemble des sociétés du CAC40.

De cette étude il ressort un certain nombre d’enseignements :

  • la bonne gouvernance n’est plus une question de taille ;
  • la dissociation des fonctions entre Président et Directeur Général devient la norme ;
  • la féminisation des conseils est achevée avec une proportion presque équivalente d’hommes et de femmes au sein des conseils ;
  • la professionnalisation des processus de préparation des successions ;
  • le développement encore timide mais prometteur du concept d’entreprise à mission.

La vie n’étant qu’une opportunité permanente de progrès, il en est de même de la gouvernance et les chantiers qui restent à travailler concernent :

  • la féminisation des ComEx qui, bien qu’elle ait progressé en passant la barre des 20% (contre moins de 10% il y a 10 ans), reste notoirement insuffisante ;
  • la prise en compte des questions de climat et de RSE qui sont encore souvent traitées à un niveau qui n’est pas toujours placé dans les priorités à la hauteur des enjeux ;
  • l’analyse ex post de la façon dont les conseils avaient analysé des risques dont la crise du Covid-19 a montré que leur potentielle concomitance n’avait pas été envisagée ;
  • la tendance à faire croître la taille des conseils en y ajoutant de nouveaux types d’administrateurs n’est souvent pas la réponse à la question posée.

Néanmoins les progrès déjà accomplis sont immenses, il ne reste qu’à continuer car ils ont montré qu’une approche volontaire était bien plus efficace que le recours à la loi ou au règlement que l’on aime tant en France.